> Actualités > Avis sur l’enseignement de l’informatique en France
EnglishFrançais

Avis sur l’enseignement de l’informatique en France

education

Le Conseil a tenu à soutenir le récent rapport de l’Académie des Sciences sur l’enseignement de l’informatique à l’école. La décision a été adoptée à l’unanimité le 18 juin 2013 sur la base du rapport de l’Académie des Sciences et de la saisine de Serge Abiteboul et Christine Balagué, membres du Conseil national du numérique, telle que prévue par le décret 2012-1400 du 13 décembre 2012.

La décision du Conseil : Avis n°2013-2 du 18 juin 2013 Enseignement de l’Informatique

Rapport de l’Académie des Sciences : L’enseignement de l’informatique en France – Il est urgent de ne plus attendre

—–

A la suite de la réunion plénière du 7 juin 2013, le Conseil national du numérique a été saisi dans les conditions prévues au décret 2012-1400 du 13 décembre 2012 par Serge Abiteboul et Christine Balagué du texte suivant, proposé par eux et intégrant les contributions de plusieurs membres.

Vu le rapport publié par l’Académie des Sciences en mai 2013, intitulé “L’enseignement de l’informatique en France – Il est urgent de ne plus attendre”,

Le 18 juin 2013, à l’unanimité,

Le Conseil :

Considère que l’informatique est la science – et une technique – au cœur du monde numérique dans lequel nous vivons, et son impact est considérable dans de nombreux secteurs économiques comme dans nos vies quotidiennes. La compréhension que peuvent en avoir non seulement les ingénieurs, les scientifiques mais aussi les citoyens en général est donc fondamentale. L’Académie des sciences vient de publier un rapport important et ambitieux sur l’enseignement de l’informatique en France, depuis l’école maternelle jusqu’à l’enseignement supérieur et au monde professionnel. C’est un enjeu essentiel pour notre société. L’enseignement de l’informatique dans notre système éducatif permet non seulement de prévenir une exclusion numérique massive en France, mais il est aussi indispensable pour la compétitivité de nos entreprises, pour le développement de l’emploi, pour former des compétences indispensables sur les nouveaux marchés futurs.

Considère que la mise en œuvre urgente des actions préconisées par l’Académie des sciences exigera à la fois beaucoup de volonté et beaucoup de créativité.

Il faudra simultanément :

  • concevoir les contenus, les méthodes et les outils de cet enseignement
  • former et recruter des enseignants d’informatique
  • s’appuyer sur et accompagner ceux qui s’impliquent depuis des années dans l’enseignement de l’informatique à l’école, au collège et au lycée
  • faire appel aux énergies disponibles dans les entreprises ou dans l’éducation populaire
  • compléter l’équipement des établissements et/ou des individus…

La liste n’est pas limitative.

Le Conseil National du Numérique s’associe donc à cette initiative de l’académie des sciences et compte s’appuyer sur les analyses et les conclusions de ce rapport dans des travaux futurs.

Le Conseil National du Numérique propose de contribuer à une réflexion focalisée sur la méthode qui permettra d’atteindre un objectif simple : généraliser d’ici trois ans l’enseignement de l’informatique depuis l’Ecole jusqu’au lycée.

 

Contacts presse : 01 53 44 20 03

Yann Bonnet, Rapporteur général,
Somalia Pa, Rapporteur général adjoint
Crédits Photo : CG94 photos >> Plus d’info

18 réponses à “Avis sur l’enseignement de l’informatique en France”

  1. Correge Thomas dit :

    En consultant la liste de vos membres, je ne vois aucun inspecteur général, aucun Inspecteur d’Académie-Inspecteur Pédagogique Régional, aucun Inspecteur (IEN), aucun conseiller pédagogique, personne des IUFM / ESPE, aucun prof du second degré, aucun enseignant du premier degré, aucun conseiller pédagogique, aucun animateur informatique, aucun conseiller pour les TICE auprès des recteurs, 1 maire et un adjoint pour 36000 communes (qui financent les équipements des 53 418 écoles),1 conseiller général pour les 7046 collèges, personne les région qui gèrent 4291 lycées.
    Bon courage, je vous soutiens !

    Thumb up 10

    • JYJ dit :

      Bonjour,
      Oui, parfois, il peut être bien utile de prendre en compte l’avis des personnes qui connaissent les sujets…
      Un jour peut-être la France y arrivera-t-elle 🙂
      Je soutiens aussi ces actions !
      Bien cordialement,

      Thumb up 0

    • lounes dit :

      je vous rejoins à 100 % ! et de plus que fait la ligue de l’ enseignement dans tout ça ???

      Thumb up 0

  2. Cycnus dit :

    L’informatique dans les établissements est aujourd’hui maintenue par des professeurs volontaires et souvent non formés. Payés au mieux en heures supplémentaires. Sachant que pour les professeurs les heures supplémentaires sont payées jusqu’à près de 40% de MOINS que les heures comprises dans leur service. Et que souvent il faut pleurer pour obtenir ces heures sup. Au pire sous forme d’un forfait annuel qui peut débuter à 400 euros (esclavagisme moderne). On comprend le chemin à parcourir ! La situation ne peut donc qu’empirer car les heures sup. seront rapidement refusées (car -14 à -30% d’impôts sur les -40% depuis cette année !). Et que le forfait misérabiliste progresse. Quant à des personnels recrutés pour cette tâche, on n’a déjà pas les moyens de payer un professeur à -60% (impôts compris, sans doute davantage si on considère les cotisations plafonnées)… Donc j’imagine que l’Education nationale voudra recruter des ingénieurs au SMIC ! Bonne chance.

    Thumb up 3

  3. Fabio dit :

    Pour ce qui est du fond, j’adhère entièrement en insistant sur la nécessaire formation tout au long de la vie.

    En ce qui concerne la composition du conseil, celui-ci peut être élargi. Par ailleurs, il est certainement possible de se porter candidat, lors du renouvellement de ses membres non rémunérés.

    Enfin, je pense que le niveau de rémunération des heures supplémentaires n’a rien à voir avec ce sujet. Par contre, face au développement des “pratiques numériques”, il est certain que les moyens, s’ils ne le sont pas déjà, deviennent sous-dimensionnés.

    Mes amitiés,

    Thumb up 0

    • Charles dit :

      Cycnus parle des heures allouées pour la maintenance du parc informatique dans les établissements scolaires, et le problème doit effectivement être soulevé.
      Il est grand temps que des solutions pérennes soient trouvées. Donner 400 € à un prof (par an) pour s’en occuper, c’est n’importe quoi, transposez ça dans une entreprise privée, ça les ferait bien rigoler … ou pleurer …

      Thumb up 0

  4. phil dit :

    “L’informatique est la science – et une technique – au cœur du monde numérique dans lequel nous vivons, et son impact est considérable”
    Waouu, ils se sont réveillés et ont conclu que l’informatique prenait une place importante…. peut être du nouveau pour des futurs contrats.
    Je précise également (pour Cygnus) que l’informatique est aussi maintenu par des aed tice,
    Des personnes qualifiées, ayant des contrats précaires jusqu’à 6 ans et des salaires au smic sans aucun avantage( crédit, contrat CESU etc…),pour au final être à popole emploi au bout des 6 ans avec un grand merci!!!
    Cdlt

    Thumb up 3

  5. Christophe T. dit :

    Il ne faudrait pas oublier le secteur associatif.
    Apprendre à coder fait partie des 10 compétences clés du XXIème siècle :

    http://www.rcx-storm.org/Programmer-est-il-une-activite

    Notre association pense que programmer est devenue une activité culturelle et donc nécessite une pédagogie différente, non académique !

    Thumb up 0

  6. Xof dit :

    En tant qu’enseignant chercheur en informatique, je serais très attaché qu’on inclut dans ces enseignements les bons usages (réseaux sociaux, droits sur les ressources utilisées, etc.), tels qu’ils devraient être abordés entre autres dans les B2i et C2i, si tant est que les moyens humains et matériels nécessaires fussent octroyés aux établissements. Il est souvent regrettable de constater le décalage voire l’étanchéité entre les commissions qui décident des objectifs à atteindre et celles qui décident des moyens à octroyer pour les atteindre.

    Pour autant, je soutiens bien sûr ce projet.

    Thumb up 3

  7. Je ne crois pas que l’enseignement de l’informatique comme discipline soit une excellente idée. Plutôt que de rajouter une discipline, à l’heure des tâches complexes qui font lien entre les disciplines, on ferait mieux d’aider au développement des usages au sein des disciplines existantes et d’aider à la mise en place de projets numériques interdisciplinaires. Sans compter que les cours d’informatique vont couper les salles informatiques au détriment des autres cours ! Alors apprendre à coder pourquoi pas mais dans le cadre de projets qui ont du sens… J’ai travaillé les hyperpaysages il y a une dizaine d’années, sans mettre les élèves au codage faute de temps. Ce n’est qu’un exemple de ce qui pourrait avoir de l’intérêt : apprendre la science informatique non pour elle même mais au service de ce que l’on veut faire. Par contre ça demande un peu d’aide aux enseignants…

    Thumb up 4

  8. Brigitte N dit :

    Que dire des quelques heures de formation TICE attribuées dans les maquettes de formation des futurs enseignants dans les ESPE ? On voit bien une distorsion entre le discours officiel et la réelle volonté de changement…

    Thumb up 0

    • JYJ dit :

      Attention TICE c’est très très très différent de Science Informatique !
      En Science Informatique, c’est ZERO !

      Thumb up 0

    • Amberly dit :

      Thank you for some other intvrmafioe web site. The place else may just I am getting that type of information written in such an ideal means? I’ve a challenge that I am just now working on, and I have been at the glance out for such info.

      Thumb up 0

  9. Luc Rubiello dit :

    Bravo à l’Académie des Sciences pour son rapport sur “L’enseignement de l’informatique en France – Il est urgent de ne plus attendre” : enfin une tentative de préparer les citoyens à être des citoyens avant d’être des consommateurs.
    C’est nouveau et donc Félicitations : continuez dans ette voie !

    Thumb up 0

  10. Kolb Jean-Marc dit :

    Enseigner l’informatique c’est bien, mais dans le contexte de l’économie numérique”, le bon angle serait peut être d’enseigner les usages. L’informatique n’est qu’un outil au service des usages. Outil technologique, outil logiciel etc….
    A trop “stigmatiser” l’informatique en la cloisonnant à son acception seule, on va faire comme avec les maths dans les années 70 et on risque de provoquer des rejets/blocages. Il faut enseigner les usages numériques et à partir de là, démontrer/montrer comment l’informatique est au service des usages (et du coup, les maths au service de l’informatique). Autre avantage, en mettant de “l’informatique” partout via les usages, on pourra mobiliser des ressources enseignantes plus larges en les valorisant. Un cours d’histoire aura son volet “usage numérique/informatique”, pour les recherches d’informations, la validation des sources, le croisement des données, la publication de documents etc…
    Alors l’informatique par les usages OUI, l’informatique pour l’informatique, NON.

    Thumb up 0

    • JYJ dit :

      Bonjour
      Les maths par les usages OUI, les maths pour les maths, NON
      Le français par les usages OUI, le français pour le français, NON
      Les SVT par les usages OUI, les SVT pour les SVT, NON
      La géographie part les usages OUI, la géographie pour la géographie, NON
      L’histoire par les usages, OUI, l’histoire pour l’histoire, NON
      Le latin par les usages OUI, le latin pour le latin, NON ! 😉
      C’est bien, nous pouvons supprimer toutes les disciplines, cela réduira le nombre d’enseignants, et on pourra acheter plein de belles choses numériques et propriétaires avec l’argent économisé… in memoriam “1984” de Georges ORWELL…

      Thumb up 2

  11. Voizonex dit :

    L’informatique devrais être plus approfondi dans les écoles.

    Thumb up 0

  12. kalonda dit :

    j’ai mes apprandre l’ordinateur

    Thumb up 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *